• Mahâmudrâ – Dzogchen

    L’auto-libération, la voie directe, immédiate, la plus profonde et essentielle de l’enseignement du Bouddha

    Accueil » Instituts » Ecole de la Lignée » Mahâmudrâ – Dzogchen

    Réaliser la nature de l’esprit


    Le Mahâmudrâ, “la Grande Union”, et Dzogchen, “la Grande Perfection” sont les plus hauts enseignements du Bouddha et le cœur de la spiritualité éternelle. “Mahâmudrâ” et “Dzogchen” désignent l’ultime réalisation de la nature de l’esprit et de la réalité dans la présence d’instantanéité, l’expérience immédiate de l’instant présent, l’éternel présent atemporel.

    La voie du Mahâmudrâ – Dzogchen est une approche expérientielle basée sur l’introduction directe à la nature de l’esprit. Elle se développe ensuite dans la stabilisation de cette expérience jusqu’à son intégration dans tous les aspects de la vie. Cette voie essentielle conduit à la réalisation de l’état de présence ouverte et absolue, lieu de l’ultime intelligence de la réalité et de l’amour altruiste.

    Une voie d’ouverture non dogmatique


    Non dogmatiques, les pratiques de cette voie ne sont pas des approches religieuses, elles sont dépourvues de dogme et d’argument d’autorité. 

    Fondées sur l’ouverture, la présence et la compassion, ces pratiques sont ouvertes à toute personne de bonne volonté et sont particulièrement adaptées à la vie quotidienne contemporaine.

    La lignée Shangpa Kagyü ou « Khandro Nyengyü »


    La “Khandro Nyengyü” ou lignée secrète des Dakinis est la transmission orale des Dakinis que Khyungpo Néljor (10ème et 11ème siècle) reçu des Jnana Dakinis Niguma et Sukhasiddhi. La réalisation de l’éveil s’est transmise à leur suite jusqu’à aujourd’hui en une lignée initiatique ininterrompue de maîtres à disciples. Elle est connue aussi comme la Lignée Shangpa Kagyü.

    Les transmissions orales des Dâkinîs de gnose se sont diffusées dans les lignées Shangpa qui convergent au 19ème siècle en la personne de Jamgön Kontrül Lodrö Thayé (1803-1899). C’est l’émanation de son activité éveillée, Kalu Rangjung Künchab (1904-1989) qui la développa dans des centres de retraites en Europe et en Amérique. Denys Rinpoché, un de ses héritiers spirituels directs, reçut de lui toute la transmission et la présente aujourd’hui dans notre langue.

    Le cœur de la lignée orale des Dâkinîs est l’union du Mahâmudrâ et du Dzogchen, l’essence de la spiritualité éternelle et les Cinq Enseignements d’Or, quintessence des enseignements yogiques tibétains.